Le secteur professionnel du bâtiment et travaux public est un des secteurs les plus touchés par les risques d'accidents de travail graves et de maladies professionnelles. Les dangers varient en fonction des corps de métier et des types de chantiers, qu'ils soient d'ordre mécaniques, chimiques ou radiologiques.

La prévention BTP

Pour limiter les dysfonctionnements durant les travaux, la prévention des risques professionnels est devenue impérative. Elle permet de réduire considérablement les expositions aux problèmes physiques et psychosociaux des travailleurs du secteur du bâtiment et des visiteurs externes au chantier.

Un plan de prévention est élaboré par les divers intervenants (maître d'œuvre, coordinateur SPS, entrepreneurs…) pour limiter les risques professionnels. L'appréciation préventive des dangers s'effectue avant le début des travaux, ce qui permet de planifier les étapes du chantier, tout en évaluant les risques potentiels liés au projet de construction. Les méthodes de prévention des dangers intègrent la transmission des consignes de sécurité strictes et claires, des outils de travail en bon état de fonctionnement et sécurisés ainsi que des équipements de protection individuelle adaptés à chaque corps de métier.

La délimitation du chantier

La zone de travaux doit être sûre, elle est strictement interdite au public. Celle-ci doit impérativement être délimitée et sécurisée sur toute sa surface. Elle sera protégée par des barrières de chantier et des portails qui permettent aux différents intervenants et aux visiteurs d'accéder à leur lieu de travail. Les grilles de chantier servent également à protéger l'espace pour lutter contre les intrusions par des personnes non autorisées et les vols de matériel. Elles permettent aux riverains et aux passagers d'être avertis des dangers potentiels et des changements temporaires de trajectoire à emprunter. Des panneaux de signalisation indiquant les dangers permettent aux passants d'être attentifs lorsqu'ils se déplacent à proximité du chantier. Si la délimitation du chantier en cours n'a pas été effectuée correctement, le maître d'ouvrage est entièrement responsable des personnes qui entrent à l'intérieur et se blessent.

L'organisation de la circulation et des approvisionnements

L'organisation d'un chantier bloque temporairement l'accès aux piétons et aux véhicules pendant toute la durée des travaux. Les activités sur le terrain englobent le réapprovisionnement des matériaux, le stockage, la collecte, le tri et l'évacuation régulière des déchets par des camions et des engins de chantier. Afin de coordonner les flux de circulation, une excellente organisation des allées et venues est nécessaire. Elle permet de faciliter les passages des engins, des camions et des piétons.

L'organisation des approvisionnements verticaux et horizontaux varie en fonction du type de construction et de l'environnement disponible. Il est nécessaire de définir les espaces de stockage et le fonctionnement des circulations internes et externes. Pour les chantiers de grande envergure, une cellule logistique est mise en place.

La protection des ouvriers

Les professionnels du bâtiment doivent bénéficier d'une sécurité au travail optimale. Les responsables de chantier sont tenus d'informer tous leurs employés des risques liés à leur mission sur le terrain. Ils rappellent également les règles de sécurité en vigueur et les positions à adopter pour éviter de se blesser. L'entreprise BTP fournit à chaque travailleur un équipement de protection personnelle, adapté au type de travaux à exécuter. Ce matériel de sécurité offre aux travailleurs une protection contre les risques de coupures, brûlures, chutes d'objets ou de personnes et autres dangers.

Les risques encourus par les travailleurs du BTP varient en fonction des divers corps de métier. Des consignes précises sont données et du matériel spécifique est prévu pour les employés, en fonction de chaque situation ou activité particulière.

Les équipements de travail basiques utilisés pour des chantiers classiques comprennent :

• des chaussures de sécurité,
• des gants de travail,
• des lunettes de protection,
• un casque anti bruit.

Les métiers du gros œuvre et du génie civil

Les métiers du gros oeuvre et du génie civil s'apparentent à la construction des bâtiments, depuis les fondations jusqu'à la toiture. Ils englobent divers professionnels tels que :

• les charpentiers,
• les démolisseurs,
• les échafaudeurs,
• les maçons,
• les désamianteurs

En ce qui concerne l'échafaudeur, il effectue un travail en hauteur, qui l'oblige à adopter des postures qui peuvent s'avérer douloureuses. Il est exposé à des risques de lombalgies, de chutes et de contact avec des fibres d'amiante. Pour éviter ses désagréments aux conséquences néfastes, l'échafaudeur devra suivre diverses formations spécifiques qui ont pour objet : la sensibilisation aux chutes de hauteur, l'utilisation des échafaudages ou d'autres formations CACES. Le métier d'échafaudeur nécessite également un équipement de protection adéquat, adaptés aux divers chantiers.

Celui-ci comprend :

• des chaussures de sécurité,
• un casque de chantier,
• un harnais de sécurité,
• un masque respiratoire (en fonction des conditions),
• des protections auditives,
• des gants de chantier,
• des lunettes protectrices.

Les métiers du second œuvre

Les métiers du btp de second œuvre consistent à équiper et aménager l'intérieur et l'extérieur des bâtiments. Ils rassemblent des professionnels de divers domaines :

• les carreleurs,
• les couvreurs,
• les électriciens,
• les menuisiers,
• les peintres,
• les plâtriers.

Selon ses missions, l'électricien est amené à utiliser du matériel spécifique, à travailler sur des éléments sous tension et à se déplacer sur un sol encombré, glissant ou inégal. S'il ne prend pas toutes les précautions, il peut être victime d'électrocution, de lombalgies ou de chutes s'il passe à travers le sol. Il doit suivre des formations spécifiques (habilitation électrique, montage, démontage et utilisation des échafaudages…), porter et utiliser l'équipement adéquat pour limiter les risques (équipements de base plus masque respiratoire, gants isolants, écran facial, vérificateur d'absence de tension, tapis isolant).

Les métiers des travaux publics

Les métiers des travaux de type publics gèrent les infrastructures telles que les routes, les ponts ou les canalisations urbaines. Ce secteur d'activité englobe divers métiers tels que :

• les constructeurs de routes,
• les terrassiers,
• les canalisateurs,
• les tailleurs de pierre.

Le constructeur de route conduit des véhicules et des engins de chantier, rabote la chaussée, applique des revêtements à chaud sur des routes ouvertes à la circulation. Il peut être confronté à des incendies, du bruit incessant, des risques électriques et des accidents avec les véhicules internes ou externes au chantier. Il doit donc apprendre à conduire les différents engins, à mettre en place la signalisation temporaire et à se préparer à l'habilitation électrique. Le constructeur doit porter des vêtements de travail qui s'adapte aux conditions climatiques et un gilet fluorescent pour être vu par les automobilistes.